Au chevet du piano de Cole Porter

À l’usine Steinway d’Astoria, dans le Queens, des techniciens démontent le piano de Cole Porter.
(Credit Hiroko Masuike/The New York Times)

Le piano est arrivé avec un bout de papier à l’intérieur, une relique de piano bar. Sur le papier déchiré, « Misty » était écrit en gros caractères et « please » en plus petits.

« Misty » n’aurait pas été le choix attendu pour ce piano particulier.

Les meilleures ondes radio sont numériques: DAB+

Ces jours-ci, une campagne de publicité télévisée nous invite à basculer de la modulation de fréquence (FM ou OUC) au réseau DAB+.

Adaptateur radio numérique DAB+

Oui, la qualité est meilleure, presque au niveau de l’écoute directe d’un CD ou d’un morceau en bon streaming…

3 millions de récepteurs DAB+ ont déjà été vendus en Suisse. Plus de 3 voitures sur 4 sont désormais vendues en Suisse avec la radio numérique. La disparition des stations FM aura lieu progressivement de 2019 à 2024…

Les limites de la dématérialisation

il faut désormais chercher Catherine Le Forestier sur youtube… (voir plus bas)

Comme m’y incite la nouvelle génération, je teste la musique dématérialisée.

Bref, je loue la musique que j’entends au lieu d’en disposer, de la ranger, trier et écouter après mûre réflexion.

Dans la même logique, il est devenu ringard d’écouter un album dans son intégralité; la mode est aux listes concoctées tout exprès pour nous par les sites de musique en ligne (souvent, c’est présenté comme des radios).

Exemple, vous écoutez In a Mellow Tone de Basie (enfin plutôt la version enregistrée à Montreux, très proche de celle-ci) et vous cliquez sur le bouton Radio, cela crée une playlist commençant par Basie (ce sera d’ailleurs le nom de la «radio») qui enchaînera avec Ellington, Calloway et plein d’autres big bands. En toute franchise, ça peut être sympa et permettre des découvertes… mais ça peut aussi assez vite s’éloigner du style de musique voulu!

Ce type de fonctionnement est peu adapté à la musique classique où l’on veut entendre les 3 ou 4 mouvements d’un concerto ou d’une symphonie à la suite … et dans l’ordre. De même, il n’est pas toujours évident d’être informé de l’identité des interprètes. À force de persévérance, on y arrive quand même! Par contre, on s’aperçoit assez vite que s’il y a pléthore de versions… celle qu’on avait appris à apprécier parce qu’on l’avait sur disque ou CD n’est justement pas dans celles qui nous sont proposées.

Tiens, un petit goût de «normalisation».

Par exemple, la symphonie concertante pour violon et alto de Mozart interprétée par Pierre Amoyal sous la direction d’Armin Jordan est introuvable.

Il en va de même pour la chanson française: peu d’occasions d’écouter ainsi François Béranger (un album par-ci, un album d’hommages par-là).
Mieux vaut alors se rabattre sur youtube! (écoutez celle-ci aussi)

Même chose enfin pour Catherine Le Forestier qui a pourtant publié des albums de très grande valeur (et qu’on peut apprécier dans une compilation: Itinéraires, qui est une pure merveille… la preuve!).

Repas de gala

Ces jours-ci, je me suis remis à écouter davantage de chansons et le hasard m’a rappelé cette œuvre de circonstance:

La version originale (audio) en concert à l’Espace Européen de Montauban (1990) est assez sublime aussi!

Le groupe est irrésistible sur scène. Mes souvenirs remontent (hélas) à leurs quasi-débuts lors d’un passage au Théâtre du Pommier, si ma mémoire est bonne…

Portraits d’amoureux du jazz

TSF_PORTSur TSF-Jazz, l’animatrice Laure Albernhe a repris le titre d’un album de Bill Evans pour une émission hebdomadaire permettant de partager l’univers musical (jazz) d’une personnalité.

La publication des podcasts des émissions nous permet de retrouver ces séquences, même si on les a ratées…

Ce printemps, j’ai particulièrement apprécié l’émission dédiée à l’ambassadeur de Suisse à Paris, Bernardino Regazzoni.

Soirée d’ouverture du Montreux Jazz 2016

Le Festival de jazz de Montreux s’est ouvert un jour en avance… avec une soirée «vintage».

Charles Lloyd, invité prestigieux de la première édition en 1967, était de retour ce jeudi soir.
L’énergie, la subtilité et la malice du saxophoniste américain nous valent un superbe début de soirée.

Take the train…

Je me suis offert la soirée de pré-ouverture du Montreux Jazz 2016.

scène du Casino
Avant l’entrée en scène de Charles Lloyd

Outre que ce n’est pas vraiment donné, le festival nous encourage vivement à utiliser les transports publics.
Dans mon cas, pour rentrer, laissant l’auto au P+R d’Yverdon, cela signifiait de prendre le train quittant Montreux à 23h48. Raisonnable… apparemment!