Retraite…

Une carrière à pile ou face…
à qui perd gagne !

Vous le savez peut-être, au moment d’accéder à la retraite, j’ai dépassé allégrement les 40 ans de carrière puisque tout a commencé en 1976 à CESCOLE après une période de remplacements et autres tâches pour occuper la première volée issue de l’École Normale sans garantie d’emploi.

C’est en effet le hasard qui m’a valu d’arriver ici ! Au printemps 1977, comme un poste d’enseignant généraliste devait disparaître, M. Grandjean, le directeur de CESCOLE a convoqué les deux derniers arrivés en leur demandant de s’arranger entre eux, sachant que celui qui quitterait Colombier serait accueilli aux Cerisiers. Faute d’éléments déterminants, mon collègue et moi avons choisi de jouer la chose à pile ou face.

J’ai donc perdu et cela m’a valu de passer de CESCOLE aux Cerisiers, d’une 1re MP à une 2e PP (c’était la numérotation de l’époque). C’est peu dire que j’ai été agréablement surpris puisque je n’ai plus quitté ce centre scolaire !